Voitures autonomes : Volvo engage sa responsabilité alors que Tesla veut responsabiliser ses clients

Posté le 09 novembre 2015 by Economie Nouvelle

Volvo-autonomous-driving-pilotTout évolue très vite dans le domaine des voitures autonomes. En particulier, la technologie semble aller bien plus vite que les législateurs, les assureurs ou même les automobilistes. Résultat, ce sont parfois les constructeurs automobiles eux-mêmes qui enfilent en partie ces casquettes pour faire progresser l’industrie. Exemple avec Volvo sur le front de l’assurance et Tesla qui veut responsabiliser ses clients.

Volvo engage sa responsabilité en cas d’accident

C’est Håkan Samuelsson, le PDG de Volvo, qui l’a lui même annoncé, la responsabilité de la marque serait engagée en cas d’incident impliquant l’une de ses voitures autonomes, à la condition, que celle-ci soit effectivement en mode conduite automatique au moment des faits. L’entreprise compte ainsi apporter sa pierre à la création d’un cadre juridique et d’assurance pour les voitures autonomes. Outre une coopérations avec les états sur ce sujets, le PDG de la firme a également demandé que le piratage d’une voiture soit considéré comme une infraction pénale, les conséquences potentiellement létales ne faisant pas de doutes.

Model-S-autopilotTesla bride son autopilot pour freiner ses clients

Alors que Tesla a permis à de nombreux clients de bénéficier d’un système de pilote automatique grâce à une mise à jour du logiciel interne de sa voiture Model S, plusieurs cas problématiques n’ont pas tarder à faire leur apparition sur la toile.

En effet, si Tesla demande aux conducteurs de n’utiliser le mode conduite automatique que dans des conditions bien particulières (mais toujours sur le volant, uniquement dans des conditions optimales météorologiques etc…) rien n’empêche d’activer ce mode, certains conducteurs allant même jusqu’à quitter leur siège !

Pour éviter des accidents potentiellement mortels avec ce systèmes encore en béta, Elon Musk a annoncé que des brides allait être installer pour freiner les ardeurs des conducteurs les plus téméraires. On peut ainsi imaginer que comme Mercedes, Tesla vérifie la présence des mains sur le volant ou restreigne l’activation du mode à des conditions spécifiques (chaussée avec terreplein central par exemple).

Laisser un commentaire






Abonnez-vous !

Recevez un récapitulatif hebdomadaire des articles et bien plus encore par email !
Vous recevrez un email d’activation.